Nous sommes désolés, mais votre navigateur n'est pas pris en charge par Marsh.com

Pour une utilisation optimale, veuillez installer un navigateur pris en charge :

X

RECHERCHES ET BULLETINS

Gestion de l’anaphylaxie

 


Il est difficile de passer à côté des faits divers tragiques de jeunes enfants décédés en raison de réactions anaphylactiques et allergiques. Récemment, une fillette de 12 ans est morte en Ontario à cause d’une réaction anaphylactique, après avoir mangé une crème glacée au centre commercial local. Malheureusement, son histoire n’est pas propre à l’Ontario ou au Canada : des tragédies similaires arrivent régulièrement dans le monde entier.

Les réactions anaphylactiques sont souvent le résultat de causes sous-jacentes ou de nouveaux risques qui n’auraient pas déclenché une telle réaction dans le passé. Afin de réduire le nombre de décès dus à l’anaphylaxie, les organisations, les lieux publics et les installations de loisirs doivent procéder à une analyse risquesavantages d’avoir sur place de l’adrénaline sous la forme d’Epi-Pen® ou de Twin-Ject® pour pouvoir prendre en charge les symptômes de l’anaphylaxie.

Contexte

Selon les plus récentes statistiques, plus de 600 000 Canadiens (1 à 2 % de la population) présentent un risque d’anaphylaxie, l’augmentation de ce chiffre étant due à la hausse du taux d’allergie chez les enfants1

Les personnes qui souffrent d’allergies alimentaires graves ne peuvent pas consommer n’importe quel aliment, ce qui leur demande une vigilance accrue afin de s’assurer que les aliments préparés à l’extérieur du domicile ne font pas l’objet de contamination croisée avec des ingrédients potentiellement mortels pour eux.

S’il est compliqué pour la plupart des adultes de vivre avec des allergies alimentaires, c’est encore plus difficile pour les enfants et les adolescents. Sabrina Shannon faisait partie de ces enfants. L’adolescente de l’Ontario souffrait de nombreuses allergies alimentaires et ne pouvait pas manger ce qu’elle voulait. Malgré ses connaissances, son discernement et sa prudence, Sabrina a été victime d’une réaction anaphylactique à cause d’une trace négligeable de protéines de produits laitiers laissée par une contamination croisée dans la cafétéria de son école.

À la suite de son décès tragique, la Province de l’Ontario a pris la Loi Sabrina (projet de loi 3), laquelle exige que toutes les écoles adoptent une politique complète relative à l’anaphylaxie et mettent en place des stratégies afin de réduire les risques et l’exposition à ceux-ci.
La loi recommande également l’utilisation d’un affichage adéquat, ainsi que l’encadrement, la sensibilisation et la formation à l’utilisation des médicaments Epi-Pen® ou Twin-Ject® et la conservation d’adrénaline à disposition à administrer en cas d’urgence2. Plus particulièrement, la Loi Sabrina prévoit l’immunité pour les profanes qui administrent des médicaments en cas d’urgence (sauf en cas de négligence grave), à condition que l’action soit entreprise de bonne foi et en réaction à une situation d’urgence.

Qu’est-ce que l’anaphylaxie?

L’anaphylaxie est un état potentiellement mortel, au cours duquel le système immunitaire du corps réagit à un allergène potentiel. La gravité de ces réactions peut varier : d’une éruption cutanée légère à une défaillance respiratoire grave, voire la mort si la réaction n’est pas reconnue et traitée. La réaction résulte d’une réaction exagérée à l’exposition à une chose normalement bénigne (tels que des aliments) et contre laquelle la personne peut (ou non) avoir déjà eu des réactions similaires dans le passé.