Nous sommes désolés, mais votre navigateur n'est pas pris en charge par Marsh.com

Pour une utilisation optimale, veuillez installer un navigateur pris en charge :

X

RECHERCHES ET BULLETINS

Incidents touchant plusieurs patients

 


Un hôpital doit verser 1,7 M$ à titre de règlement d’un recours collectif intenté après que plus de 400 personnes ont été trouvées porteuses du bacille de la tuberculose « [Recours collectif intenté] contre l’hôpital Montfort d’Ottawa en Ontario, afin de garantir un dédommagement pour les personnes dont les renseignements de santé personnels et confidentiels étaient enregistrés sur une clé USB qui a été perdue par un employé de l’hôpital. La poursuite réclame une indemnisation de 25 M$. »

Un recours collectif est intenté contre un hôpital, d’anciens membres du personnel et le collège Fleming.

Des manchettes semblables deviennent de plus en plus courantes dans le secteur canadien des soins de santé, car les établissements de soins de santé ne sont pas seulement chargés de gérer les questions liées à la prestation des soins aux patients et à la sécurité, mais aussi de protéger leur atout le plus important : leur réputation.

Comme le secteur des soins de santé continue d’évoluer, les établissements doivent « faire plus avec moins », ce qui entraîne l’émergence de problèmes systémiques qui peuvent souvent causer des événements indésirables. L’étude historique To Err is Human publiée par l’Institute of Medicine en 1999 a attiré l’attention sur ces questions aux États- Unis en invoquant spécifiquement le fait qu’un nombre important de tels événements indésirables sont évitables. Une étude canadienne menée par Ross Baker en 2004 a révélé des statistiques tout aussi alarmantes, notamment :

  • 1 patient sur 13 subit des événements indésirables dans les hôpitaux canadiens.
  • 1 patient adulte sur 9 risque de se faire administrer le mauvais médicament ou la mauvaise dose d’un médicament.
  • 24 % des événements indésirables évitables sont liés à des erreurs médicales. D’autres incidents découlent notamment d’interventions chirurgicales et d’infections.

De plus, il existe maintenant des risques nouveaux et émergents, comme les risques de cyberattaques et d’atteintes à la vie privée et l’exposition aux maladies infectieuses et aux matières dangereuses.

Cette évolution s’accompagne de la nécessité d’identifier les principales tactiques et stratégies d’atténuation afin d’assurer la protection des patients et de leur famille, ainsi que de l’établissement dans son ensemble. La capacité de réagir efficacement à un événement à grande échelle ou à un incident touchant plusieurs patients est critique, car, même si le risque est faible, les patients et leur famille préfèrent qu’on les en informe rapidement.