Nous sommes désolés, mais votre navigateur n'est pas pris en charge par Marsh.com

Pour une utilisation optimale, veuillez installer un navigateur pris en charge :

X

Risques en contexte

Les technologies émergentes pourraient apporter de nouvelles formes de piratage

PUBLIÉ PAR Stephen Harris 23 Janvier 2017

Des données récentes provenant du Centre de surveillance de la piraterie du Bureau maritime international (IMB - International Maritime Bureau) démontrent que les incidents de piraterie sont encore un danger majeur pour l’industrie, avec 184 incidents rapportés de par le monde en 2016.  On associe généralement ces risques à la piraterie « traditionnelle », mais les technologies émergentes pourraient rendre ces attaques encore plus dommageables à l’avenir, ce qui accroîtrait les risques pour l’industrie.

Les pirates en savent plus sur la technologie qu’on pourrait le croire. Les technologies utilisées en transports maritimes évoluent rapidement, et les pirates pourraient éventuellement compromettre le cybersystème d’une compagnie maritime, ce qui leur permettrait de cibler, de localiser et d’aborder des navires précis, pour ensuite subtiliser leur cargaison et disparaître avant d’être appréhendés.

Les cyberattaques ne reçoivent pas autant d’attention dans l’industrie maritime que celles qui ont lieu dans d’autres secteurs. Cependant, l’industrie maritime envisage depuis déjà longtemps ce qui pourrait se passer si des pirates utilisaient la technologie à leur avantage, et les répercussions possibles de ces attaques sur ses exploitations, sa clientèle et sa réputation.

Les propriétaires de cargos et les exploitants doivent être conscients que les pirates pourraient utiliser les technologies émergentes à leur avantage. Par exemple :

  • L’internet des objets : Les technologies intelligentes sont de plus en plus utilisées par les propriétaires de cargos, mais si elles ne sont pas adéquatement sécurisées, elles peuvent être détournées par des pirates qui accèderaient ainsi à de l’information précieuse sur les biens, les lieux, les processus de sécurité, voire les tours de garde sur les navires. L’industrie utilise des appareils mobiles et interconnectés plus que jamais auparavant. Avons-nous bien réfléchi à la sécurité de ces systèmes? Les équipages sont-ils suffisamment formés pour éviter que leurs communications soient révélées par inadvertance au moyen d’appareils radio non sécurisés?
  • La technologie des drones : Les pirates pourraient également utiliser des drones à des fins de surveillance ou pour réaliser des attaques. Les pirates ont adopté la technologie des drones pour surveiller et pour transporter des armes, ce qui augmente la portée de leurs attaques.  Une question s’impose : comment pouvons-nous agir pour réduire l’efficacité des drones si des pirates utilisent cette technologie?

Les conséquences pour l’industrie maritime pourraient être lourdes si elle ne fait pas preuve d’innovation pour bien se protéger de ces risques. Il faut se pencher plus attentivement sur la sécurité des réseaux interconnectés afin d’assurer que l’information sensible reste inaccessible aux pirates.

Il n’existe pas de réponse définitive quant à la meilleure façon de se protéger des risques du cyberpiratage, mais ce qui semble certain, c’est que les questions de cybersécurité resteront une grande préoccupation pour l’industrie maritime au cours des prochaines années.

Stephen Harris