Nous sommes désolés, mais votre navigateur n'est pas pris en charge par Marsh.com

Pour une utilisation optimale, veuillez installer un navigateur pris en charge :

X

Risques en contexte

Le risque politique et les institutions publiques : les quatre étapes d’une bonne préparation

PUBLIÉ PAR Nora Constas 30 Août 2018

Au cours des dernières semaines, le cycle de nouvelles a mis en évidence à quel point il est important pour les institutions canadiennes de se préparer à un large éventail de perturbations liées au risque politique. Au début d’août, le gouvernement saoudien a annoncé qu’il suspendrait les nouvelles transactions d’affaires et d’investissement au Canada. Cela s’est soldé par le fait que plus de 15 000 étudiants saoudiens – y compris 800 résidents travaillant dans les hôpitaux d’enseignement canadiens – ont été incapables de retourner à leurs études et à leur emploi.

La perte de ces étudiants internationaux aura un impact financier important sur les collèges et les universités du Canada, tandis que la pénurie de résidents dans les hôpitaux d’enseignement canadiens aura une incidence néfaste sur la qualité et l’accès aux soins de santé, ce qui entraînera des retards et une réduction des services, des annulations de rendez-vous et bien plus. La gestion efficace et opportune de ces perturbations nécessite une réponse coordonnée à l’échelle de l’entreprise.

Réduire les risques par la planification et la préparation

Il n’y a actuellement sur le marché aucun produit d’assurance contre le risque politique pour couvrir un scénario semblable à celui que vivent les universités et les hôpitaux d’enseignement canadiens. Mais en adoptant une approche axée sur les risques, les hôpitaux et les institutions publiques, y compris les collèges et les universités, peuvent mieux comprendre le potentiel et l’impact réel des risques politiques.

En concevant et en mettant en œuvre de manière proactive des techniques de réduction des risques, on peut réduire la gravité et l’impact d’un événement qui perturberait autrement la capacité d’une organisation à atteindre ses objectifs stratégiques et organisationnels. Au minimum, les organisations doivent faire ce qui suit :

  1. Terminer un examen opérationnel solide à l’échelle de l’entreprise pour déterminer efficacement l’impact des risques sur l’organisation et sur sa capacité à atteindre des objectifs stratégiques et opérationnels.
  2. Entreprendre une analyse complète des risques et de l’impact pour mieux déterminer la gravité des risques potentiels pour l’organisation et vérifier l’efficacité de tout contrôle (le cas échéant) actuellement en place.
  3. Tester les plans d’intervention et de rétablissement afin de s’assurer qu’ils sont à jour, robustes et qu’ils permettent de réagir rapidement et efficacement.
  4. Renforcer la résilience future en élaborant des programmes proactifs conçus pour fonctionner dans les phases de réaction, de continuité des activités et de retour à la normale.

Pour toute organisation, un plan proactif de préparation à l’échelle de l’entreprise est essentiel pour aider à minimiser les risques financiers, opérationnels ou liés à la réputation engendrés par tout type de perturbation. Franchir ces quatre étapes peut vous aider à positionner votre organisation de façon à limiter les effets des risques politiques sur vos opérations et sur votre chiffre d’affaires.

Nora Constas

Nora est experte-conseil principale au sein du service de gestion de risques de Marsh Évaluation des risques à Toronto, dont elle est la directrice nationale en matière de soins de santé et de risques cliniques. Elle fait profiter nos clients de sa riche expérience de près de vingt ans dans le domaine universitaire et de la santé, concernant notamment la mise au point de stratégies d’amélioration des processus et de la qualité à l’aide des méthodologies Six Sigma et Lean.