Technologie

Le succès des entreprises technologiques dépend de leur capacité à tirer parti des occasions que présente l’innovation tout en maîtrisant les risques commerciaux connexes. Les experts de Marsh peuvent vous aider à définir et à gérer vos propres risques à l’aide d’outils d’évaluation des risques, de données, d’analyses et de technologies à la fine pointe.

La gestion de risques est un outil essentiel dans le secteur de la technologie, car les enjeux sont très élevés. Durant la pandémie de COVID-19, il est clairement apparu à quel point notre monde dépend de la technologie. Alors que de nombreuses personnes ne pouvaient pas quitter leur domicile, la technologie a permis au monde entier de continuer à tourner d’une manière ou d’une autre, grâce aux capacités de commerce numérique et de travail à domicile, ainsi qu’aux plateformes de connexion sociale. 

La réussite dans le secteur de la technologie repose sur la capacité à saisir les occasions offertes par l’innovation dans un marché en constante évolution – tout en gérant les risques associés. Les atteintes à la sécurité des données, les pannes d’équipement et les défaillances de logiciels et les autres cyberrisques demeurent omniprésents, malgré les efforts concertés visant à réduire les répercussions de ces perturbations et d’autres perturbations des activités.

Le groupe d’expertise mondial en technologie de Marsh peut aider votre entreprise à évaluer ses risques, à donner la priorité à ce qui est le plus important pour vous et à travailler ensemble pour vous aider à gérer et à atténuer vos risques.

Articles connexes

Foire aux questions générale

Les entreprises technologiques sont confrontées à un certain nombre de risques, allant de la cybersécurité et des atteintes à la sécurité des données à la concurrence au sein du secteur, aux pertes d’exploitation numériques, à la résilience des TI et même à l’obsolescence à mesure que la mise en œuvre de l’intelligence artificielle devient plus courante. Ces deux premiers risques, la cybersécurité et la concurrence, sont peut-être les plus pressants pour les entreprises technologiques en ce moment. La concurrence pour la part de marché entraîne un rythme d’innovation rapide, et les nouvelles technologies sont souvent mises en marché avant que toutes les voies potentielles de compromission (comme le piratage) soient identifiées et traitées. Malheureusement, cela peut permettre à des individus peu scrupuleux d’exploiter des produits et services bien intentionnés à leur propre avantage. Les atteintes à la sécurité des données peuvent avoir de graves conséquences pour les entreprises comme pour les consommateurs, d’où la nécessité d’une planification stratégique de la gestion des risques.

En plus de l’assurance habituelle pour les employeurs, y compris une police pour propriétaire d’entreprise pour les pertes et la responsabilité civile, ainsi qu’une assurance contre les accidents du travail, le cas échéant, il existe plusieurs garanties uniques que les entreprises de logiciels pourraient considérer.

Premièrement, l’assurance responsabilité civile liée aux cyberrisques, qui peut vous aider à payer les efforts de récupération à la suite d’une violation des données et les frais juridiques connexes. Ensuite, il y a l’assurance responsabilité civile professionnelle, qui peut être utile dans les situations de réclamations concernant la performance du produit de votre entreprise.

Enfin, l’assurance contre les détournements est une autre possibilité à envisager; elle est adaptée aux secteurs qui dépendent fortement de la propriété intellectuelle. L’assurance contre les détournements offre une protection à votre entreprise, ainsi qu’à vos clients, dans l’éventualité où un employé divulguerait des renseignements exclusifs. 

Tout comme les entreprises de logiciels, les entreprises de matériel exigent, à tout le moins, la même assurance que la plupart des autres types d’entreprises. Cela comprend une police pour propriétaire d’entreprise pour les pertes et la responsabilité civile, ainsi qu’une assurance contre les accidents du travail, le cas échéant, et possiblement une assurance automobile commerciale, si des livraisons de produits ou des services ont lieu dans le cadre des activités commerciales habituelles. De plus, il peut être utile pour les entreprises de matériel de bénéficier d’une protection contre les pertes d’exploitation attribuables aux interruptions de la chaîne d’approvisionnement, et d’une protection contre les poursuites liées à la défaillance des produits. Ces régimes d’assurance ont divers noms, selon l’assureur et la région du monde, mais ils remplissent essentiellement la même fonction.

L’assurance responsabilité civile professionnelle est une assurance qui peut protéger les entreprises contre les dommages découlant de réclamations ou de poursuites alléguant que l’assuré a commis une erreur liée à sa prestation de services ou de produits commerciaux. Les situations qui pourraient être couvertes par un régime d’assurance responsabilité civile professionnelle comprennent les réclamations pour négligence, les erreurs de service ou les fausses déclarations. 

L’assurance responsabilité civile professionnelle –Technologies offre une garantie allant au-delà d’une police d’assurance responsabilité civile professionnelle classique pour les pertes financières que les clients d’une entreprise pourraient subir en raison d’une erreur ou d’une défaillance du produit ou du service technologique que l’entreprise a fourni. Par exemple, si le logiciel d’une entreprise tombe en panne en raison d’une erreur de codage et que cela empêche le client de faire des affaires, la police d’assurance responsabilité civile professionnelle – Technologies de l’entreprise pourrait couvrir les pertes subies par le client.

Les sociétés technologiques, surtout celles qui envisagent une introduction en bourse, doivent tenir compte de leur exposition aux risques liés aux brevets, aux marques de commerce, aux droits d’auteur et aux secrets commerciaux.

Selon des modalités précises, l’assurance de la propriété intellectuelle peut offrir une protection contre :

  • Les frais de défense et les dommages découlant de réclamations pour non-respect de la propriété intellectuelle ou pour appropriation illicite intentées par des tiers.
  •  Les frais de défense et dommages découlant des obligations contractuelles visant à indemniser les fournisseurs, les partenaires, les fabricants en amont ou les clients en aval en cas de réclamation pour violation de propriété intellectuelle par des tiers.
  • Les frais de défense contre les tentatives de tiers visant à annuler ou à invalider les enregistrements de propriété intellectuelle, de brevets, de marques de commerce ou de droits d’auteur.