Skip to main content

Article

L’assurance captive offre des options permettant de relever les défis du marché immobilier

L’augmentation des sinistres influence le marché de l’assurance de biens.

People meeting for business

Le marché mondial actuel de l’assurance de biens, l’un des plus difficiles depuis des décennies, offre aux entreprises l’occasion d’explorer des ententes d’assurance captive.

L’augmentation des sinistres influence le marché de l’assurance de biens

Les propriétaires de biens font face à un risque de sinistres plus fréquents et plus graves à un moment où la capacité d’assurance diminue et où les tarifs des couvertures disponibles augmentent. Ces conditions devraient persister en 2024, à moins de changements imprévus dans la conjoncture.

Les tarifs mondiaux de l’assurance de biens ont augmenté de 7 % au troisième trimestre de 2023, et de 10 % au cours de chacun des deux trimestres précédents, selon l’Indice global du marché de l’assurance de Marsh. Aux États-Unis, les prix de l’assurance de biens ont augmenté en moyenne pendant 24 trimestres consécutifs, dont une augmentation de 14 % sur 12 mois au troisième trimestre. Dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes ainsi qu’en Europe, les prix de l’assurance de biens au troisième trimestre ont augmenté en moyenne de 8 % et de 7 %, respectivement; en Inde, au Moyen-Orient et en Afrique, ils ont augmenté de 4 % et dans les régions du Royaume-Uni, de l’Asie et du Pacifique, ils ont augmenté de 2 %. Quant au Canada, les tarifs ont augmenté de 1 %.

Plusieurs tendances influent sur le marché immobilier, notamment le coût élevé de la réassurance, que les assureurs de première ligne transmettent habituellement aux titulaires de police, la forte demande malgré la capacité limitée, les sinistres continus et l’inflation de la valeur des biens. Entre 2017 et 2022, le marché mondial de l’assurance de biens a subi une perte annuelle moyenne liée aux catastrophes naturelles de 110 milliards de dollars, comparativement à 52 milliards de dollars au cours de la période quinquennale précédente, de 2012 à 2017, selon Swiss Re.

En plus de hausser les prix, les assureurs examinent soigneusement leurs risques de sinistres liés aux biens et prennent des mesures parmi lesquelles le resserrement des modalités, l’augmentation des franchises et le retrait de la capacité pour les régions sujettes aux sinistres. La capacité est particulièrement limitée dans des régions comme la Californie, la Floride et la Louisiane. Pourtant, la demande augmente à mesure que les propriétaires de biens continuent de construire des installations dans le centre des États-Unis, où les tempêtes convectives graves et d’autres risques sont en hausse. En Nouvelle-Zélande et dans certaines régions d’Europe, les souscripteurs continuent de surveiller les risques d’inondation. En raison des mesures prises par les assureurs, de nombreux propriétaires de biens risquent de payer plus ou d’obtenir une couverture moins souhaitable qu’auparavant.

Les captives offrent des options

L’assurance captive est l’une des options les plus efficaces et les mieux établies pour les propriétaires qui souhaitent surmonter certains des défis du marché de l’assurance de biens à usage commercial.

Comme dans d’autres cycles de marché haussier, un nombre accru de sociétés se tourne vers l’assurance captive, en quête de souplesse et d’options de financement des risques, y compris la création de nouvelles entités, l’élargissement de la portée de captives existantes ou l’augmentation des montants de garantie de captives existantes. Les captives ont démontré qu’elles peuvent offrir une valeur à long terme à leurs propriétaires, notamment en fournissant une source stable de capacité et la capacité de répondre à des besoins précis en matière de couverture.

Si un propriétaire a déjà une captive, il est relativement simple de financer un plus grand nombre de risques portant sur les biens. Si une organisation n’a pas de captive, mais qu’elle peut harmoniser ses ressources et sa tolérance au risque pour conserver plus de risques, le moment est peut-être bien choisi pour envisager d’en créer une.

Les avantages potentiels du recours à des captives pour les risques portant sur les biens comprennent :

  • Accès à une capacité supplémentaire pour compléter l’assurance pour entreprises disponible,
  • Contrôle accru sur le programme de gestion des risques portant sur les biens, permettant à la captive d’établir des franchises,
  • Amélioration des taux de prime et des modalités lors du transfert des risques sur le marché de l’assurance pour entreprises,
  • Réponse à des besoins précis en matière de couverture, comme combler les lacunes dans les tranches excédentaires et les tranches difficiles à placer au sein de la tour du programme de biens,
  • Quotes-parts avec et sans façade,
  • Accès au programme fédéral américain relatif à la Terrorism Risk Insurance Act (TRIA, Loi fédérale américaine sur l’assurance des risques liés au terrorisme),
  • Réduction possible de l’impôt sur les primes d’assurance excédentaires, car de nombreux risques portant sur les biens sont maintenant inscrits sur le marché non autorisé.

Voici quelques exemples de la façon dont une captive peut financer d’autres risques portant sur les biens :

slected option

Les captives offrent un mécanisme formel de conservation et d’autoassurance des risques. En finançant une plus grande partie de la tranche de travail par l’entremise d’une captive, un propriétaire de biens peut être en mesure d’accroître sa capacité d’assurance et de réduire le coût du transfert de risques. Les entreprises peuvent permettre à leurs filiales de contracter de l’assurance sur le marché de l’assurance pour entreprises à un niveau plus élevé que celui de leur appétence. Le fait d’accepter une franchise plus élevée ou une franchise autoassurée plus élevée permet aux assureurs commerciaux de réduire leurs risques de sinistres, ce qui peut entraîner des taux de prime et des modalités plus favorables pour l’assuré.

Le partage des risques portant sur les biens avec les assureurs commerciaux au moyen d’ententes de quotes-parts est un autre moyen pour les propriétaires de biens de réduire les dépenses liées au transfert de risques. Par exemple, une captive pourrait s’engager dans un partage des quotas dans lequel elle assume 40 % du risque, tandis que les assureurs commerciaux assumeraient les 60 % restants.

Les captives peuvent également combler les lacunes dans les programmes par tranches, combler des besoins et étoffer les programmes d’assurance excédentaire. Certains assureurs de biens préfèrent offrir des tranches « ventilées », un système dans le cadre duquel ils offrent une couverture à différentes étapes plutôt qu’un seul bloc de capacité. Une captive peut financer les risques au sein de ces tranches ventilées, ce qui donne au propriétaire de biens un meilleur contrôle sur la structure et le coût de son assurance excédentaire.

Les captives peuvent participer au financement des risques portant sur les biens en ayant recours à un assureur de façade et en réassurant une portion du risque sous-jacent. L’un des avantages d’avoir un assureur de façade est sa capacité à émettre des certificats d’assurance pour satisfaire aux exigences en matière de preuve d’assurance dans le cadre de contrats d’affaires, d’engagements ou d’ententes de prêt. Les juridictions internationales exigent souvent une garantie régionale admise, ce qui fait d’un accord de façade une solution de rechange logique dans certains cas.

Comment Marsh peut vous aider

Marsh est le plus important gestionnaire de captives au monde, comptant plus de 10 milliards de dollars de primes brutes souscrites portant sur les biens, et un conseiller de confiance doté de capacités mondiales et de relations avec les marchés, riche d’une connaissance approfondie des captives et du transfert de risques non traditionnels. Les spécialistes de Marsh peuvent aider les propriétaires de biens à explorer leurs options et à mettre sur pied un programme de gestion de risques efficace.

Lorsque les propriétaires de biens s’intéressent aux captives et aux transferts de risques non traditionnels, il est important qu’ils envisagent ces options tôt, idéalement 120 à 180 jours avant le renouvellement de la police. Il existe plusieurs options pour les structures captives, allant des structures captives autonomes existantes à la formation de captives à cellules en régime accéléré permettant de rehausse la notation, qui ont connu une croissance à deux chiffres (en pourcentage) au cours des deux dernières années, en partie en raison de leur facilité de formation.

Pour en savoir plus sur la façon dont les captives peuvent aider les propriétaires de biens, communiquez avec votre représentant Marsh.

Pour obtenir des renseignements sur nos derniers résultats d’analyse comparative, veuillez télécharger le Rapport 2023 sur le paysage des sociétés captives. Si vous êtes novice dans le domaine de l’assurance captive et que vous souhaitez mieux comprendre de quoi il s’agit et comment elle fonctionne, nous vous invitons à télécharger le Guide de référence de l’assurance captive.