Mercer Marsh Avantages Sociaux

Les principales tendances en matière de santé pour 2023

Les cinq principales conclusions du rapport sur les tendances en matière de santé pour 2023 de Mercer Marsh Avantages Sociaux, pour vous aider à protéger et à promouvoir le bien-être de vos employés.

Shot of two designers having a conversation while leaning against a wall

Mercer Marsh Avantages Sociaux a interrogé 226 assureurs dans 56 pays pour explorer les tendances clés qui façonneront l’avenir des soins de santé offerts par les employeurs.

Bien que la COVID-19 continue d’influencer les programmes de soins de santé, nous avons constaté que l’environnement des soins de santé dans le monde entier s’est largement stabilisé à des taux qui s’apparentent à ceux d’avant la pandémie.

Parallèlement, l’innovation sur le marché continue de créer de nouvelles occasions à saisir pour les employeurs qui modernisent leurs programmes d’avantages sociaux.

Poursuivez votre lecture pour découvrir les cinq principales conclusions de notre recherche. Et assurez-vous d’en tenir compte dans le cadre de votre stratégie de programme d’avantages sociaux de 2023 pour aider à protéger et à promouvoir le bien-être de vos employés.

Les cinq principales tendances selon notre sondage sur les tendances en matière de santé pour 2023

Cliquez sur chaque section pour naviguer dans le document

1. Les augmentations des coûts des soins médicaux par personne sont retournées aux niveaux prépandémiques

68 % des assureurs s’attendent à ce que les promoteurs de programmes accordent la priorité aux améliorations, malgré le fait que des augmentations des coûts liés aux soins médicaux d’au moins 10 % soient prévues dans certains marchés.

En 2021, les assureurs ont généralement constaté que les taux des soins médicaux sont revenus à leurs niveaux d’avant la pandémie (2019). Cependant, la plupart des assureurs s’attendent à ce que ces taux dépassent les niveaux de 2019 en 2022 et en 2023, en raison de facteurs comme l’augmentation du coût des soins médicaux, de leur utilisation accrue et du diagnostic plus tardif des maladies (ce qui nécessite généralement un traitement plus coûteux).

L’inflation galopante dans l’économie en général a été une source d’inquiétude, tant pour les personnes que pour les employeurs, et les travailleurs à faibles revenus ont été particulièrement touchés. Pour les employeurs qui planifient leurs offres d’avantages sociaux pour 2023 (y compris leurs programmes d’assurance médicale et de bien-être), l’incidence de l’inflation devrait être un facteur important dans toute prise de décision.

Dans leurs budgets, les promoteurs de programmes devraient tenir compte de l’augmentation prévue des coûts. Ils devraient déterminer comment équilibrer l’empathie et l’économie lorsqu’ils prennent des décisions concernant la conception de leurs programmes. Dorénavant, le caractère abordable de la garantie et des soins, tant pour les employeurs que pour les employés, devrait être un facteur essentiel.

Haut de la page >

2. La COVID-19 continue d’avoir une incidence sur le contexte des réclamations

55 % des assureurs signalent une augmentation du diagnostic de maladies à un stade plus avancé, en raison de soins différés.

La COVID-19 continue d’avoir une incidence sur les réclamations d’assurance médicale, même si la vie publique a repris son cours dans la plupart des régions.

Au plus fort de la pandémie, le confinement et la peur de l’infection ont perturbé le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies. Les conséquences de ces retards sont toujours ressenties et ont une incidence sur le volume et sur les coûts des réclamations en 2022. À l’échelle mondiale, plus de trois assureurs sur cinq (61 %) affirment que les tendances en matière de réclamations ont changé en 2022, et 55 % déclarent avoir observé plus de diagnostics de maladies à des stades avancés. Le coût des réclamations liées à la COVID-19 continue d’être un facteur important dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes, mais ce problème a perdu de l’importance dans toutes les autres régions.

À l’échelle mondiale, et dans toutes les régions sauf celle du Moyen-Orient et de l’Afrique, les assureurs ont déclaré que le cancer était le principal facteur du coût des réclamations en 2021. Le cancer était également l’une des trois causes de réclamations les plus fréquentes. Les assureurs signalent que les soins et les diagnostics différés ont fait augmenter le volume des réclamations. Et plus de diagnostics ont été effectués à un stade plus avancé, ce qui a aussi contribué à l’augmentation des coûts.

Avec le retour à la normale des services médicaux dans de nombreuses régions, les employeurs devraient envisager de promouvoir l’importance des diagnostics précoces et des dépistages périodiques, en particulier dans le cas du cancer.

Haut de la page >

3. La modernisation des programmes a commencé

Afin de rendre la garantie plus inclusive pour les membres de la communauté LGBTQ+, un assureur sur deux a modifié ou s’attend à modifier les exigences d’admissibilité et les dépenses admissibles.

Si la COVID-19 a eu des répercussions importantes à court et à long terme sur la vie des gens, elle a également stimulé l’innovation chez les assureurs et les a poussés à moderniser les programmes qu’ils offrent.

Cela se manifeste grandement par la prévalence croissante de nouveaux outils et services numériques qui soutiennent le bien-être et le diagnostic. En particulier, les services de télésanté, comme les conversations vidéo avec les médecins, sont devenus un élément essentiel des offres de nombreux assureurs.

Cependant, bien que le soutien numérique à la santé évolue rapidement, on observe peu de progrès en matière de durabilité de la santé. Les futurs programmes des assureurs montrent que même si certains d’entre eux modifient leurs polices et leurs activités pour tenir compte de l’évolution des pratiques en milieu de travail, des attitudes et des données démographiques, ce changement n’est pas universel.

Des facteurs sociaux, comme les coûts quotidiens supplémentaires associés au traitement, peuvent avoir un effet important sur la capacité d’une personne à se rétablir complètement. Cependant, la majorité des assureurs n’envisagent pas de modifications aux polices qui pourraient aider. Ces modifications pourraient inclure l’intégration du logement, du transport et de la nourriture dans la gestion du dossier ou dans le forfait de réadaptation, ou des indemnités de déplacement susceptibles d’améliorer la santé générale du demandeur ou son accès au traitement.

Les employeurs devraient penser à évaluer leurs programmes pour déterminer s’ils sont inclusifs et s’ils répondent aux besoins de l’ensemble de la main-d’œuvre assurée. Ils devraient se demander, par exemple, si leurs programmes reflètent les besoins des travailleurs à faibles revenus.

Haut de la page >

4. Les lacunes en matière de santé mentale persistent

16 % des assureurs déclarent ne pas offrir de programmes qui couvrent les services de santé mentale (par comparaison à 26 % en 2022).

En 2021, les problèmes de santé mentale ont été l’une des cinq principales causes de coûts des réclamations en Europe. Pour Mercer Marsh Avantages Sociaux, c’était la première fois que cette question se classait parmi les cinq principaux problèmes, quelle que soit la région. Et malgré les progrès réalisés, de nombreux programmes continuent d’exclure les soins de santé mentale ou de ne fournir qu’une couverture minimale.

Par exemple, bien que les deux tiers des assureurs dans le monde disent couvrir des séances de consultation psychologique ou psychiatrique, dans les faits, les deux tiers des assureurs interrogés ne couvrent que dix séances ou moins. Si l’on suppose un rythme d’une séance par semaine, cela signifie que les programmes ne couvrent qu’environ 20 % des traitements qui seraient nécessaires sur une année, ce qui sera insuffisant pour beaucoup de demandeurs.

Les employeurs devraient se demander comment ils peuvent combler les lacunes en matière de soins de santé mentale par d’autres moyens. Ils devraient évaluer les niveaux de garantie qu’ils offrent pour soutenir la santé mentale, particulièrement en ce qui concerne les séances de consultation, pour s’assurer qu’ils répondent aux besoins de leurs employés et des personnes à charge de ceux-ci.

Haut de la page >

5. La gestion des programmes exige plus de rigueur

Plus d’un assureur sur cinq en Asie ajuste ses primes d’assurance médicale en fonction du statut de vaccination contre la COVID-19 de la personne.

Bien que les tendances médicales prévues pour 2023 ressemblent aux niveaux de 2022, il existe une grande incertitude quant à ce que l’avenir nous réserve. Environ la moitié des assureurs dans le monde n’ont pas ajusté automatiquement les franchises (montants excédentaires) et les quotes-parts en fonction de l’inflation et n’ont aucune intention de le faire pour le moment. Par conséquent, il importe que les employeurs travaillent de façon proactive avec leurs conseillers pour s’assurer que certaines caractéristiques de conception des programmes tiennent compte de l’inflation.

À l’échelle mondiale, environ un assureur sur cinq a modifié ses exigences en matière de souscription en raison de la COVID-19. Il existe des différences notables au niveau régional. Ainsi, les assureurs en Asie se concentrent davantage sur la modification des primes et des exclusions en fonction du statut vaccinal (comparativement aux autres régions).

Les gestionnaires des avantages sociaux doivent élaborer des stratégies plus solides. Ils doivent également se préparer à relever des défis plus complexes en matière de souscription et de conception de programmes.

Haut de la page >

Concevoir votre programme d’avantages sociaux pour créer de la valeur

Les assureurs ont un rôle clé à jouer pour façonner l’avenir des avantages sociaux des employés. Cela s’explique notamment par leur expertise, le libellé de leurs polices, leur flexibilité, leur volonté d’innover et leur accès à de vastes ensembles de données sur les réclamations.

Par conséquent, dans le domaine de l’assurance, les conclusions ci-dessus seront très précieuses pour les employeurs qui souhaitent concevoir et mettre en œuvre des programmes de soins de santé qui répondent aux besoins de leurs entreprises et de leurs employés.

Pour en savoir plus sur nos conclusions, téléchargez la recherche complète sur les tendances en matière de santé pour 2023 de Mercer Marsh Avantages Sociaux ici.

Faites connaissance avec l’auteur

Image placeholder

Nicole  Cohen

Équipe mondiale, conseils et solutions, Mercer Marsh Avantages Sociaux

Image placeholder

Yvonne Maier

Directrice, clients multinationaux, Mercer Marsh Avantages Sociaux

Articles connexes