Mercer Marsh Avantages Sociaux

Crise russo-ukrainienne : Trois domaines d’intervention clés pour les GBM

Beautiful thoughtful lady in bar, with finger in mouth.

À travers le monde, les GBM (gestionnaires globaux des avantages sociaux) font face à un certain nombre de problèmes liés au conflit entre la Russie et l’Ukraine. Bon nombre des compétences et des outils développés pendant la pandémie aideront ces professionnels dans leur intervention. Cela comprend de collaborer avec d’autres équipes, d’offrir du soutien aux employés pendant les périodes difficiles et de travailler avec agilité.

Voici trois façons dont vous pouvez faire votre part en tant que gestionnaire des avantages sociaux

1. Soutenez votre main-d’œuvre

La priorité numéro un est d’offrir du soutien aux employés et aux personnes à charge se trouvant normalement en Ukraine ou, comme cela risque d’être le cas pour plusieurs d’entre eux, ayant quitté le pays en tant que réfugiés. Réfléchissez à ce que vous pourriez faire pour répondre à leurs besoins de base, notamment en ce qui concerne la nourriture, le transport, les communications, les soins de santé, le logement, l’argent et les services juridiques (particulièrement en ce qui concerne les questions liées à l’immigration). Les équipes d’intervention et les fournisseurs actuels, comme les fournisseurs d’assistance-voyage, les programmes d’aide aux employés (PAE), les fournisseurs de services de mobilité, les cabinets d’avocats, les fournisseurs de services de paie et les assureurs dans les pays voisins, peuvent être en mesure d’offrir tout un éventail de services de soutien.

Prenez note que les assurances importantes telles que les assurances vie et les assurances médicales offertes en Ukraine ne fonctionneront probablement plus comme elles le feraient normalement. Vous pouvez envisager la possibilité d’ajouter des personnes à vos polices dans le pays où celles-ci ont trouvé refuge, ou de vous tourner vers des régimes internationaux temporaires.

Les employés basés dans les pays voisins pourraient aussi avoir un besoin accru de plusieurs des mécanismes de soutien ci-dessus, surtout s’ils aident des membres de leur famille. Voici d’autres façons dont vous pouvez aider :

1.   Offrir des congés supplémentaires pour le bénévolat et la prestation de soins aux personnes directement touchées.

2.   Alléger les exigences d’admissibilité à des congés.

3.   Promouvoir des programmes de santé mentale, tels que les PAE pertinents et des ressources de psychothérapie et de counseling (à noter qu’il sera important de tenir compte de la difficulté d’en assurer la disponibilité).

Notre blogue « Soutenir vos employés pendant la crise Russie-Ukraine » propose des idées supplémentaires sur la façon d’aider les personnes touchées indirectement par ces événements, qui peuvent se sentir impuissantes ou même bouleversées. Une bonne communication est essentielle, tout comme le fait d’offrir du soutien social ainsi qu’en fait de santé mentale et aux œuvres de bienfaisance.

Dites aux employés ce que vous faites pour soutenir les gens se trouvant dans la région étendue du conflit, même si vous n’avez pas d’activités là-bas. De plus, la souplesse, un leadership positif ainsi que des communications réfléchies peuvent aider les personnes touchées à savoir que vous vous souciez d’elles.

2. Collaborez avec vos équipes de résilience de l’entreprise, de retraite, de mobilité, d’exploitation et juridique

Les perturbations des assurances et des services dans la région affectée devront être surveillées et gérées de près tout au long de cette crise. Des dilemmes personnels du type « Suis-je couvert si je voyage dans cette région? » vont surgir.

La crise va entraîner des problèmes liés à des questions touchant les assurances maladies et contre divers risques, les placements dans les fonds de pension, et tout un éventail de questions liées à la mobilité. Les défis comprendront des exigences urgentes liées à des paiements en espèces, des dépenses de déplacement professionnels, et le traitement des paies dans de multiples pays en raison des régimes de sanctions imposés par la communauté internationale. Une approche coordonnée entre les équipes des RH, des risques et de la conformité/juridique sera essentielle pour assurer une intervention efficace.

Les sanctions sont complexes, ont une grande portée et sont en constante évolution. Il est recommandé aux gestionnaires des avantages sociaux responsables des polices d’assurance collective en Russie de discuter de l’état des relations avec les fournisseurs, des polices ouvertes ou à venir et des placements avec leurs équipes de courtage et services juridiques à l’échelle mondiale. Il est à noter que nous savons de certains assureurs qu’ils sont détenus ou contrôlés par des institutions financières assujetties à des sanctions, et que nous continuerons de surveiller les développements de ce côté.

3. Planifiez pour la suite des choses

Considérant que nombre d’activités commerciales risquent de cesser, d’être relocalisées, de reprendre, etc., le nombre de problèmes liés aux placements dans les fonds de retraite et à la mobilité est susceptible d’augmenter.

De nombreux employés vont se mettre à chercher un emploi permanent ou temporaire dans un nouveau pays. Nous avons déjà vu certains employeurs commencer à planifier de tels arrangements pour leurs employés ukrainiens qui travaillent maintenant à distance, en dehors de leur patrie.

Les employeurs qui ferment ou suspendent leurs activités en Russie devront réfléchir à la façon dont ils peuvent aider leurs employés locaux à éviter toute perte soudaine de leurs avantages au niveau des soins de santé et de protection contre les risques. En ce qui concerne les effectifs en Ukraine, en Russie et dans d’autres pays touchés, nombre de questions de sécurité sociale devront être examinées et réglées.

La santé et le bien-être général des employés exigent une approche proactive. Étant donné le nombre limité de cliniciens en Europe de l’est, la demande de soins de santé pouvant être prodigués de façon virtuelle à l’aide d’autres ressources disponibles va évoluer, mais sera probablement confrontée à des défis.

La majorité des réfugiés sont des femmes et des enfants, dont les besoins sont souvent sous-représentés dans les régimes d’assurance traditionnels. Les employeurs pourraient ainsi envisager des services qui répondent à leurs besoins et collaborer avec des organisations qui se concentrent sur ces populations.

Enfin, considérant que seulement 35 % de la population ukrainienne est entièrement vaccinée[1] contre la COVID-19, les défis liés à la pandémie, entre autres pressions sur le système de santé publique, ne peuvent que venir alourdir la charge de travail.

De nouveaux besoins vont émerger au cours des prochains jours, mois et années à la suite de ce conflit. La surveillance et la mise à jour continues des régimes seront essentielles pour fournir le soutien dont les employés ont besoin présentement et à long terme, tout comme le sera la collaboration à l’échelle de l’entreprise.

Nous surveillons de près la crise en Ukraine. Notre priorité immédiate est la sécurité de nos collègues et d’offrir du soutien à nos clients. 

[1] Our World in Data, « Coronavirus (COVID-19) Vaccinations. »Disponible au https://ourworldindata.org/covid-vaccinations?country=OWID_WRL.

23 février 2022.

Faites connaissance avec les auteurs

Image placeholder

Amy Laverock

Chef, initiatives stratégiques mondiales et solutions, Mercer Marsh Avantages Sociaux

Image placeholder

Barry Perkins

Chef, financement multinational et relations avec les assureurs, Mercer Marsh Avantages Sociaux

Un message de Marsh McLennan

Ukraine : Naviguer une crise internationale

Nous surveillons de près la crise en Ukraine et sommes horrifiés par les événements qui s’y déroulent. Notre priorité immédiate est la sécurité de nos collègues et d’offrir du soutien à nos clients. Les défis humains sont accablants et les répercussions risquent d’aller en s’accroissant.

 

 

 

Related articles