Comment les entreprises de construction peuvent gérer leurs problèmes de liquidité

Dans le contexte commercial actuel, les entreprises de construction doivent évaluer leur position de trésorerie actuelle et leurs besoins d’encaisse à court terme beaucoup plus régulièrement qu’avant. Quelles sont leurs options?

Dans le contexte commercial actuel, les entreprises de construction doivent évaluer leur position de trésorerie actuelle et leurs besoins d’encaisse à court terme beaucoup plus régulièrement qu’avant. Quelles sont leurs options?

Le volume des projets de construction et des commandes futures a considérablement diminué pendant le confinement dû à la COVID-19, malgré le fait que de nombreux gouvernements voient la construction comme un service essentiel et permettent aux entreprises du secteur de continuer à exercer leurs activités.

À mesure que les restrictions diminuent, les entreprises de construction doivent évaluer leurs activités précédentes. Bon nombre d’entre elles prendront en considération tous les aspects de leurs activités et certaines se réinventeront. 

Un aspect important de la gestion de l’entreprise au sein du secteur de la construction, particulièrement à l’heure actuelle, est de maintenir un bon niveau de fonds de roulement ou d’avoir accès à des fonds pour respecter ses obligations à court terme, particulièrement lorsque les marges de profit sont généralement très serrées.

La liquidité – la capacité à respecter les obligations dès qu’elles surviennent – est généralement reconnue comme la plus grande force, avec le levier financier et la rentabilité qui suivent de près. Le fonds de roulement – l’actif à court terme moins les responsabilités à court terme – est une liquidité exprimée par un montant, plutôt qu’un ratio. Pour cette raison, plus le fonds de roulement est élevé, mieux c’est, mais la qualité du fonds de roulement compte également.

Pourquoi la liquidité est-elle une préoccupation?

Il est essentiel que les entrepreneurs aient une liquidité à court terme suffisante. Autrement, leur fonds de roulement peut être mis à l’épreuve par des paiements en retard de la part de propriétaires, ce qui peut créer un besoin de financer les retards par un emprunt. Cela peut entraîner des coûts dont le prix de la soumission ne tenait pas compte.

Les entrepreneurs doivent gérer un certain nombre de risques qui pourraient avoir une incidence sur les liquidités de leur entreprise, notamment :

  • retards de projets;
  • problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement, y compris de retards et de facturation;
  • clients qui tardent à payer;
  • diminution des travaux à venir, avec une baisse du chiffre d’affaires réduisant les flux de trésorerie futurs.

On s’attend généralement à ce que les projets conservent une position de trésorerie positive ou, à tout le moins, neutre. Les conditions de paiement convenues avec les clients et les sous-traitants constituent un outil clé pour gérer cette situation.

En cas de position négative, le projet ne pourra pas financer les paiements aux sous-traitants (de façon indépendante). Lorsqu’une entreprise de construction exécute plusieurs projets, il est tentant d’emprunter des liquidités provenant d’autres projets, mais cela peut être un signe qu’une entreprise est en difficulté et qu’elle se dirige possiblement vers l’échec. 

Bien que tous les entrepreneurs puissent être touchés par la pandémie de COVID-19, ce sont les sous-traitants qui devraient ressentir le plus de pression. On comprend donc pourquoi beaucoup d’entre eux cherchent des moyens de maintenir leurs activités.

Options pour améliorer la liquidité

Les sources d’argent, traditionnelles ou non, offrent des options de liquidité qui peuvent soutenir la stabilité financière d’une entreprise. Parmi celles-ci, figurent :

  • les sources traditionnelles : encaisse au bilan, marge de crédit ou financement bancaire supplémentaire;
  • les sources non traditionnelles : cautionnements, stimulation du gouvernement ou dessaisissement d’éléments d’actifs.

La plupart des entrepreneurs en construction ont besoin de soutien traditionnel sous la forme de prêts bancaires pour assurer la gestion typique des flux de trésorerie, et de capacité supplémentaire afin de cautionner chaque projet qu’ils entreprennent.

Pourtant, le secteur de la construction fait face à un risque unique à cet égard, qui doit être géré. En effet, la plupart des banques combinent des prêts standards avec des limites de garantie bancaire dans le cadre d’une facilité de financement à options multiples. Étant donné que de nombreux projets peuvent être entrepris simultanément, la valeur globale de la garantie bancaire émise est souvent élevée. Cela réduit donc le montant disponible par l’intermédiaire de la facilité de financement pour le fonds de roulement ou pour respecter les garanties bancaires requises pour les nouveaux contrats. C’est pourquoi les entrepreneurs doivent soigneusement équilibrer leurs limites disponibles.

Solutions de rechange au financement traditionnel

Cautionnements

Les entreprises utilisent les cautionnements comme solution de rechange aux lettres de crédit bancaire lorsqu’elles ont besoin d’une garantie pour respecter leurs obligations financières. Aux États-Unis, où les cautionnements sont souvent exigés par la loi, le maintien d’une capacité de cautionnement stable et concurrentielle fait partie du travail de l’entrepreneur.

La capacité d’emprunt est un moteur important de la demande de cautionnement, car contrairement aux garanties bancaires ou aux lettres de crédit, un cautionnement ne compte pas dans la capacité d’emprunt globale d’une entreprise, qui peut ainsi libérer du capital et du crédit à des fins plus productives. De plus, les cautionnements offrent généralement un avantage du côté des coûts, car, contrairement aux lettres de crédit, leur tarification n’est pas liée aux fluctuations des taux d’intérêt. 

Un cautionnement est un engagement d’un assureur à verser une somme précise à un bénéficiaire dans certaines conditions précises, comme l’insolvabilité de l’entreprise ou un défaut contractuel. Il s’agit d’un contrat auquel participent trois parties :

  • un débiteur principal : la partie qui a besoin du soutien financier fourni par le cautionnement;
  • un bénéficiaire : la partie nécessitant qu’il y ait un cautionnement;
  • une caution : un assureur garantissant que le débiteur principal sera en mesure de respecter ses obligations envers le bénéficiaire.

Les facilités de cautionnement ne sont pas garanties ni traitées comme une responsabilité civile éventuelle, et ne sont donc pas comprises dans le bilan. L’entreprise de cautionnement figurera aux côtés d’autres créanciers non garantis dans le cadre d’une convention d’indemnisation, ce qui permettra aux entreprises de construction de tirer le meilleur profit de leurs actifs.

Les cautionnements sont une autre façon pour une entreprise de construction de respecter un éventail d’engagements, notamment afin de :

  • satisfaire aux exigences de nantissement pour diverses couvertures d’assurance d’un projet d’envergure, y compris les programmes d’indemnisation des travailleurs autoassurés financés par l’employeur; 
  • produire le nantissement nécessaire pour les contrats de location de gros équipements et d’usines;
  • répondre aux exigences des tribunaux en matière de nantissement lorsque l’entreprise reçoit une décision défavorable et souhaite aller en appel.

En résumé, les cautionnements diffèrent des garanties bancaires de plusieurs façons. Ils :

  • constituent la forme la plus efficace de fonds propres conditionnels auxquels un entrepreneur peut accéder;
  • sont offerts à des prix concurrentiels;
  • permettent aux entreprises de libérer leurs facilités de fonds de roulement de leur banque;
  • protègent l’entreprise grâce à des conditions contractuelles sous-jacentes, car elles sont formulées de façon conditionnelle;
  • fournissent une deuxième opinion souscrite émise par une tierce partie, selon laquelle le débiteur principal peut remplir le contrat.

(En anglais seulement)

A contractor with a net worth of €100 million wins a new contract for €250 million, and is required to lodge performance security for 5% of the contract value (€12,500,000).

To issue the bank guarantee, the contractor’s available bank facility will be reduced by the €12,500,000 for the contract’s duration. Depending on the security arrangements in place, the bank may also require the contractor to place the €12,500,000, or a large proportion thereof, on deposit, or take another form of security over the business or personal assets of a similar value. 

By comparison, surety underwriters do not generally require the same tangible security, so the surety bond would be issued against the surety facility limit. This would allow the company to secure the new €250 million contract, while the company assets remain unencumbered. 


Autres options de financement bancaire

Bien que les cautionnements soient de plus en plus courants, certains bénéficiaires ont toujours besoin de lettres de crédit de secours. Elles sont émises par les banques pour plusieurs raisons, notamment la production d’une garantie, les plafonds sur les cautionnements, les contraintes internes de limite et de liquidité, les exigences juridiques et réglementaires et la préférence des bénéficiaires.

Les transactions de cautionnement bancaire peuvent satisfaire aux exigences d’un bénéficiaire quant à la présentation des lettres de crédit de secours, tout en permettant à l’entreprise (le débiteur principal) d’utiliser ses lignes de cautionnement plutôt que ses facilités bancaires.

Les solutions de cautionnement bancaire offrent les principaux avantages suivants :

  1. le bénéficiaire reçoit une lettre de crédit de secours émise par une banque qui respecte ses exigences, tandis que le soutien par cautionnement n’est pas visible;
  2. les solutions de cautionnement bancaire peuvent améliorer le fonds de roulement et les ratios de liquidité du demandeur;
  3. elles augmentent la disponibilité des facilités de crédit en utilisant les limites de cautionnement du débiteur principal plutôt que ses lignes de crédit;
  4. elles peuvent offrir des tarifs comparables ou plus concurrentiels en tirant parti de la solidité financière des assureurs hautement cotés;
  5. un groupe de cautions peut offrir une grande capacité.

(En anglais seulement)

We approached a construction company with a US$100 million portfolio of standby letters of credit (SBLCs), with our bank-fronted surety solution. These SBLCs guaranteed the retention portion of large casualty insurance programs, which covered the company’s workforce against work-related accidents.

The existing SBLCs remained in place, avoiding any disruption with the existing casualty insurers, but the guarantor of the existing SBLCs was shifted from the company to a highly rated insurer. This enabled the company to be removed as guarantor of the existing SBLCs — freeing up US$60 million of capacity under bank lines, among other benefits.

This arrangement also improved financial covenants/debt ratios under their syndicated loan facility, and diversified the construction company’s sources of capital. The company’s negotiation position against the casualty insurers was also enhanced, as the insurers only accept a portion of the total required collateral in the form of a surety bond. 

Lorsque le travail reprend « comme d’habitude »

Lorsqu’un nombre important de projets commencent « simultanément », cela peut poser des problèmes de liquidité, ainsi que de logistique, aux entreprises de construction. 

Les entreprises doivent quantifier le temps et l’argent requis pour redémarrer les projets pendant une interruption, et les requantifier à mesure que la situation évolue. Un plan d’exécution pour le démarrage des travaux doit comprendre un plan de communication continu avec tous les partenaires majeurs, y compris les fournisseurs d’équipement, les sous-traitants et les propriétaires, pour s’assurer de l’harmonisation des attentes et des ressources. 

Les entreprises les mieux préparées auront une tâche prête au démarrage avec des soumissions, des demandes d’information ou des demandes de changement prêtes à être activées. 

Toutefois, la stabilisation de l’entreprise est la priorité. En segmentant les liquidités opérationnelles à partir de la liquidité stratégique, les entreprises de construction sont en mesure de comprendre les fonds disponibles pour l’investissement. Cela leur permet de tirer profit des occasions qui proviennent d’un marché déstabilisé, comme l’amélioration ou l’expansion des talents, la pénétration de nouveaux marchés ou l’examen d’occasions intégrées verticalement.