Blogue

Favoriser le changement positif : accélérer l’adoption des véhicules électriques

Une série de blogs quotidiens pendant la COP26 — Transport — La session d'aujourd'hui a réuni des dirigeants de tous les secteurs des transports pour discuter de l'accélération de la transition vers des véhicules à zéro émission.

An electric car charging in California

La séance d’aujourd’hui a réuni des dirigeants de tous les secteurs du transport pour discuter de l’accélération de la transition vers des véhicules zéro émission.

La journée a débuté par des discussions sur les corridors maritimes verts, mais l’accent a été mis sur l’électrification du transport routier.

La transition du transport routier a été décrite comme étant à un point de bascule, et des intervenants ont affirmé que le secteur devait activement encourager l’action vers la décarbonisation.

L’électrification jouera un rôle important dans les efforts de décarbonisation. Dans cette optique, l’annonce clé d’aujourd’hui était la déclaration d’un certain nombre de gouvernements (notamment de marchés émergents et d’économies en développement, de villes, d’États et de régions), de constructeurs automobiles, de propriétaires de parcs automobiles, d’investisseurs et d’autres acteurs, visant à accélérer la transition vers des voitures et des fourgonnettes zéro émission d’ici 2035 sur les marchés principaux et d’ici 2040 dans le reste du monde. L’accessibilité, l’abordabilité et la durabilité dans toutes les régions ont été reconnus comme des facteurs clés de succès. La déclaration a également souligné les possibilités d’emplois verts et les avantages pour la santé publique d’une meilleure qualité de l’air.

Ces engagements en faveur d’objectifs ambitieux et stricts pour soutenir les véhicules électriques (VE) fourniront dans de nombreux cas un financement qui contribuera à réduire le coût des VE, à construire des infrastructures de recharge et à permettre l’innovation nécessaire pour augmenter l’autonomie des véhicules.

L’évolution du transport routier entraînera un nouveau paysage des risques. La connectivité accrue des VE signifie que le risque cybernétique est plus élevé, d’autant plus lorsque les VE transportent des marchandises de grande valeur.

Les VE étant équipés de batteries, les risques d’incendie sont de plus en plus préoccupants, surtout lorsque les parcs de VE sont hébergés dans des lieux particuliers. Les incendies de batteries sont très spécifiques en termes de cause (comme l’emballement thermique) et de traitement (nécessité d’un refroidissement ou d’une séparation rapide).

Pour les assureurs, un aspect essentiel de ce nouveau paysage de risques est de savoir où se situe la responsabilité. Avec les batteries, les ordinateurs internes et en réseau, les stations de recharge, etc., un défi très pertinent pour le secteur de l’assurance sera de déterminer où commence et où finit la responsabilité de chaque entité impliquée dans la création et le fonctionnement d’un VE. La discussion sur la responsabilité est cependant déjà entamée. Par exemple, une assurance spécialisée pour les bornes de recharge des VE a été mise au point et d’autres travaux dans ce domaine verront le jour.

Ce billet de blogue fait partie de la série COP26.