Article

Inflation : Incidence sur l’assurance pour le secteur de la construction

Avec la hausse des taux d’inflation observée dans de nombreux pays, les entreprises de construction doivent tenir compte de l’incidence de l’augmentation des coûts, des pressions persistantes sur la chaîne d’approvisionnement et des pénuries de matières premières sur leur programme d’assurances.

L’incidence de la hausse des prix sur le transfert de risques et les programmes d’assurances des entreprises de construction

Avec la hausse des taux d’inflation observée dans de nombreux pays, les entreprises de construction doivent tenir compte de l’incidence de l’augmentation des coûts, des pressions persistantes sur la chaîne d’approvisionnement et des pénuries de matières premières sur leur programme d’assurances et apporter les changements nécessaires pour demeurer résilientes dans ce contexte en constante évolution.

Les garanties ou les programmes propres aux projets sont les plus susceptibles de subir les répercussions du contexte de forte inflation. Dans la plupart des régions du monde, deux grands types de garanties propres aux projets sont exposées à l’inflation :

  • Biens : assurance des risques des constructeurs, assurance construction « tous risques » ou assurance montage « tous risques »
  • Risques divers : assurance responsabilité civile ou assurance responsabilité globale de chantier

La base d’exposition de ces deux garanties est généralement liée à la valeur estimée du contrat (VEC) du projet assuré. La masse salariale peut également être prise en compte dans les polices risques divers. Dans un contexte inflationniste, les augmentations touchant les matières premières, la main-d’œuvre et divers intrants essentiels (comme le carburant, les services publics et les frais d’intérêts) pourraient avoir une incidence directe sur la VEC d’un projet.

Quels sont les aspects à prendre en compte pour les entreprises de construction?

Les garanties propres aux projets sont généralement structurées en fonction de la VEC au début du projet, et la VEC a habituellement une incidence sur certains aspects des garanties :

  • Prime : Les garanties propres aux projets sont généralement évaluées en fonction d’une base d’exposition de la VEC et sont ajustées à la fin du projet selon la valeur finale du contrat. Puisque l’inflation augmente considérablement la valeur des contrats des projets, les entreprises de construction pourraient constater une augmentation connexe de la prime. La forte inflation peut également avoir une incidence sur la disponibilité des fournitures et causer des retards dans les délais d’exécution en raison de la difficulté à se procurer les matériaux, ce qui pourrait également entraîner une augmentation indirecte des primes.
  • Assurance des risques des constructeurs, assurance construction « tous risques » ou assurance montage « tous risques » : La somme assurée par les garanties propres aux biens est généralement basée sur la VEC. La forte inflation entraîne une augmentation importante du coût global des projets, ce qui risque de faire en sorte que la somme assurée soit insuffisante. Cela pourrait se produire en cas de perte totale ou si le libellé de la police contient des clauses de règle proportionnelle (car cela pourrait réduire le montant des indemnités versées). Il est à noter qu’il existe des extensions de garantie qui pourraient contribuer à atténuer ce risque. Certaines polices sont établies sur la base d’une limitation de l’engagement; la somme assurée est inférieure à la VEC et les limites sont déterminées par les parties prenantes du projet, généralement selon une approche scientifique qui étudie l’accumulation de valeurs tout au long du calendrier du projet. Une forte inflation qui entraîne une augmentation du prix de certains matériaux à différentes étapes du calendrier du projet pourrait fausser le calcul initial d’une limite suffisante.
  • Assurance responsabilité civile ou assurance responsabilité globale de chantier : Les assurances risques divers comprennent généralement des limites de responsabilité qui sont offertes en fonction de la tolérance au risque et du risque prévu de réclamations par des tiers. À certains endroits dans le monde, ces limites sont également regroupées dans une période de projet. L’inflation n’a pas d’incidence directe sur le profil de risques des projets, mais les jugements découlant de poursuites et de réclamations de tiers, ce qu’on appelle l’inflation sociale, pourraient connaître une forte augmentation. Par conséquent, une seule réclamation peut ronger la limite de responsabilité beaucoup plus rapidement que dans un contexte de faible inflation.

Quelle est l’incidence de l’inflation sur les assureurs?

Généralement, les assureurs tiennent compte de l’inflation et du potentiel d’augmentation des coûts quand il est question de projets de construction. Dans le contexte inflationniste actuel, qui se caractérise par des augmentations dans les trois chiffres pour certains matériaux, il est devenu difficile pour les assureurs de s’y retrouver, surtout lorsqu’ils évaluent des projets en cours. Lorsque des réclamations seront déposées en lien avec des projets, il sera difficile pour les experts en sinistres de calculer une provision suffisante dans les cas où il n’y a pas perte totale. Dans ce contexte, les assureurs voudront obtenir des réponses à plusieurs questions, notamment les suivantes :

  • Quel est le délai pour se procurer l’équipement clé pour le projet?
  • Quelle est l’incidence des problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement sur le calendrier global du projet?
  • À quelle fréquence devons-nous ajuster la VEC pendant un calendrier de projet?
  • L’inflation a-t-elle été prise en compte dans le prix initial du contrat?

La collaboration et la transparence sont essentielles pour gérer les risques liés à l’inflation

Toutes les parties prenantes, y compris les entreprises de construction et les assureurs, doivent adopter une approche fondée sur la collaboration et la transparence afin d’atténuer les effets de la forte inflation. Voici d’autres mesures à envisager :

  • Communiquer la stratégie pour les appels d’offres et les soumissions. Collaborez avec votre courtier ou votre conseiller en assurance construction pour communiquer aux assureurs de chaque projet les stratégies d’atténuation et les protocoles de gestion des risques en lien avec les augmentations de coût attribuables à l’inflation. 
  • Revoir régulièrement la VEC. Tenez-vous au courant des augmentations de la valeur des contrats des projets au fur et à mesure que les contrats sont accordés. Informez votre courtier ou votre conseiller en assurance construction de toute augmentation afin qu’il puisse vous conseiller sur la nécessité de mettre à jour les polices existantes.
  • Comprendre votre approche en matière de transfert de risques. Dans le cas des polices de projet assorties d’une limite de l’engagement, examinez attentivement la méthodologie utilisée pour calculer une limite suffisante et appliquez-la de nouveau en fonction de la nouvelle valeur du contrat. Communiquez avec votre courtier ou votre conseiller en assurance construction pour comprendre l’incidence de tout écart.
  • Passer en revue les clauses de protection de vos polices. Dans certaines régions, les assurés peuvent obtenir des extensions de garantie (par exemple une protection contre les augmentations de coût et l’inflation) pour atténuer les effets de l’inflation. Discutez avec votre courtier ou votre conseiller en assurance construction pour déterminer si des clauses de protection peuvent vous être offertes et pour comprendre comment elles peuvent vous aider à atténuer vos risques.

Les défis que pose actuellement l’inflation peuvent avoir un effet important sur les projets de construction et leur garantie, c’est pourquoi il est important de passer en revue vos polices pour cerner les éventuels problèmes de sous-assurance et les régler immédiatement.

Afin d’obtenir l’assurance la plus efficace pour vos projets, il est important de faire appel à votre courtier ou à votre conseiller en assurance dès que possible. Il pourra vous renseigner sur l’incidence potentielle de vos obligations contractuelles sur la conception de votre programme d’assurances et prévoir suffisamment de temps pour négocier les modalités.